Bruxelles. Le 26 novembre dernier, enfants, jeunes, enseignants et parents se sont réunis au Palais Du Midi à Bruxelles pour célébrer les journées Combatlon 2023.

Le comité d’organisation, présidé par Moustapha Akkouh et Anthony Anciaux en tête, a expliqué que le projet Combatlon, financé par l’Union européenne (UE), compte 4 clubs (de Grèce, d’Espagne, de France et de Belgique).

Résultats de la journée du 26 novembre

Les organisateurs ont été très satisfaits du développement d’activités avec une présence internationale et un échange sportif permanent entre les cultures. «C’est une autre journée de Combatlon, un projet qui sert à promouvoir le sport, la mobilité et l’éducation à travers l’organisation de tournois d’arts martiaux multi-activités pour créer un nouveau modèle sportif», ont convenu Akkouh et Anciaux.

L’idée de cet événement est de lancer un processus de coopération et de collaboration entre les disciplines d’arts martiaux, les clubs et les entraîneurs pour le rendre de plus en plus inclusif, pour les minorités, les immigrants, etc.

Le directeur technique de Majorque, Toni Navas Tejero, et le directeur technique de Volos Grèce, M. Stamatiou Ioannis, font partie de ce projet, venus avec leurs étudiants pour participer, ainsi que des clubs de France.

A cette occasion, le médaillé olympique et mondial Pascal Gentil (FRA) et le double champion du monde et entraîneur international Juan Antonio Ramos ont été témoins de cette activité.

Les enfants, répartis en différents groupes et selon différents horaires, ont effectué des tests d’adresse, de vitesse, de coups de pied, de course, de combat et d’exercices coordonnés.

Le club Mudukwan de Bruxelles et son groupe de ceintures noires ont soutenu l’activité, dont quelques athlètes Elite.

Objectifs de l’événement.


Le projet organisera des tournois multi-jeux basés sur différents aspects des arts martiaux et des nouvelles technologies : techniques, combat, habileté.

Nombre de bénéficiaires directs du projet : 250 coachs et 2 500 apprentis directs dans les clubs.

Carlos Hernández